Le voyageur et ses masques : l’exemple des Suédois de Pierre-Jean Grosley

Antoine Eche

Résumé


Dans une époque où l’anonymat est de mise mais où son application au genre référentiel risque de nuire à l’entreprise, la mise en scène utilisée par Pierre-Jean Grosley dans la relation de son voyage en Italie pose question. Pourquoi un homme de lettres connu et respecté irait-il se dissimuler derrière le masque de deux voyageurs suédois ? L’étude de la réception de son récit dans la presse apporte des éléments de réponse qui sont ici confrontés aux pratiques auctoriales de Grosley dans l’ensemble de sa carrière.

Mots-clés


Pierre-Jean Grosley;Italie;études de la réception

Texte intégral :

ECHE-ART


DOI: https://doi.org/10.29173/cf447

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.




Tous droits réservés (c) 2018 Antoine Eche

URL de licence: https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/deed.fr