La performance de l’origine

Stéphane Vinolo

Résumé


Nous croyons tous vivre des premières fois. Que ce soit un premier baiser, un premier mot ou même une demande en mariage, notre expérience la plus banale nous pousse à croire qu’il y a des moments qui ouvrent des ruptures se phénoménalisant sous la forme de commencements. Cette sensation de la « première fois » s’étend d’ailleurs au-delà de notre vie quotidienne. La philosophie en porte la trace dans les concepts d’origine, de création ou d’événement. Pourtant, s’ils portent une origine, ces moments se donnent comme de véritables répétitions. Le paradoxe de la répétition à l’origine apparaît d’ailleurs dans un fait linguistique aussi banal que frappant : au théâtre comme au concert, les répétitions tout comme la répétition (générale) ont lieu avant ce que l’on appelle la Première. On ne répète donc pas après la première fois mais avant. Nous pouvons ainsi défendre une conception non-originale de l’origine dans laquelle l’origine elle-même fonctionne comme un double, nous permettant de comprendre que paradoxalement l’originaire n’a rien d’original.


Mots-clés


Derrida; Girard; philosophie; origine

Texte intégral :

art.Vinolo


DOI: https://doi.org/10.29173/cf126

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.




Tous droits réservés (c) 2014 Stéphane Vinolo

Creative Commons License
Cette oeuvre est protégée sous licence CC Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale-Pas de Modification 4.0 Licence Internationale.


Creative Commons License

This work is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.