Représentation du corps féminin dans le roman africain francophone: Les cas de Salimata dans "Les Soleils des Indépendances" d’Ahmadou Kourouma et Perpétue dans "Perpétue et l’habitude du malheur" de Mongo Beti

Ibrahim Boumazzou

Résumé


Dans la littérature négro-africaine d'expression française, la coutume et la croyance en quelques traditions sociales (l'excision des filles et l’objectivation de la femme) occupent une place importante. Si la société traditionnelle africaine considère que l’excision ritualisée et le mariage des filles donnent lieu à la vie sexuelle normale et symbolise une transformation radicale de la vie de celles-ci, il faut reconnaître que ces pratiques entraînent, également, de dramatiques et graves conséquences physiques et psychologiques.

Cette contribution propose ainsi une analyse des romans Soleils des Indépendances d’Ahmadou Kourouma et Perpétue et l’habitude du malheur de Mongo Beti et des motivations qui ont poussé ces écrivains à faire de l’itinéraire des deux femmes (Salimata et Perpétue) des soubassements de leur poétique. Nous mettrons l'accent sur les douloureuses épreuves par lesquelles est obligée de passer une fille africaine pour devenir une femme et prendre contact avec la véritable vie de famille. Mis en position de prendre parti, le lecteur se voit amené à juger insupportable le sort réservé à ces femmes incarnant la force vive et active du monde africain.


Mots-clés


excision, viol; mariage; femme; littérature négro-africaine

Texte intégral :

BOUMAZZOU-ART


DOI: https://doi.org/10.29173/cf427

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.




Tous droits réservés (c) 2017 Ibrahim Boumazzou

Creative Commons License
Cette oeuvre est protégée sous licence CC Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale-Pas de Modification 4.0 Licence Internationale.