Entre présentation et représentation : le corps à travers l’oeil de la caméra de Carolee Schneemann

Marie-Laure Delaporte

Résumé


Dès le début des années 1960, la peintre américaine Carolee Schneemann s’empare de la caméra pour filmer ses performances. Ainsi l’artiste ajoute l’outil filmique à ses autres pratiques artistiques, la peinture et la performance. Revendiquant des préoccupations politico-sociales telles que le féminisme ou l’anti-militarisme, Schneemann utilise la caméra à la fois dans une volonté de décloisonner les genres artistiques, d’affirmer une identité créatrice et féminine et de repousser les limites de la présentation et de la représentation de son propre corps à travers une affirmation de son image et de sa sexualité. Comment le film va-t-il participer à la reconstruction de l’image d’un corps artistique féminin et permettre à Schneemann de se saisir de son pouvoir de création? Cet article tente de répondre à ces questions par une recontextualisation de ses films Meat Joy (1964) et Fuses (1964-1967).

Mots-clés


Carolee Schneemann; caméra; corps; femme; Meat Joy; Fuses

Texte intégral :

DELAPORTE-ART


DOI: https://doi.org/10.29173/cf428

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.




Tous droits réservés (c) 2017 Marie-Laure Delaporte

Creative Commons License
Cette oeuvre est protégée sous licence CC Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale-Pas de Modification 4.0 Licence Internationale.


Creative Commons License

This work is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.