« Traducteur pour la jeunesse : le beau rôle ? »

Julie Tarif

Résumé


Alors que les traducteurs de la littérature destinée aux adultes sont plutôt associés à l’image du « traître » et leurs traductions connotées plutôt négativement, les traducteurs de la littérature jeunesse et leur travail semblent bénéficier d’une image bien plus positive. Ils disposeraient également d’un certain « pouvoir » sur le texte de départ dont ne jouiraient pas forcément les traducteurs de la littérature pour adultes, condamnés bien souvent à l’invisibilité. Il s’agit donc dans cet article d’analyser en diachronie certains discours théoriques clés autour de la traduction jeunesse et du traducteur jeunesse pour démontrer que la réalité est plus complexe qu’il n’y paraît. Cet article propose ainsi un portrait de cette figure sur le modèle du triptyque : il offre tout d’abord le portrait d’une figure « du/de l’ombre », puis celui d’une figure « pieds et poings liés », pour terminer sur l’image d’une figure en cours de métamorphose.

Mots-clés


traducteur;littérature jeunesse

Texte intégral :

ART-TARIF


DOI: https://doi.org/10.29173/cf305

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.




Tous droits réservés (c) 2015 Julie Tarif

Creative Commons License
Cette oeuvre est protégée sous licence CC Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale-Pas de Modification 4.0 Licence Internationale.


Creative Commons License

This work is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.